A l’arrivée des gendarmes, Cédric Jubillar était en train de laver une couette

18H06

Le procureur de la République de Toulouse s’est exprimé sur les derniers éléments de la disparition de Delphine Jubillar en décembre dernier.
Son fils âgé de 6 ans a entendu une violente dispute entre ses parents en se couchant vers 23H00.
« Il sait que sa maman est avec un monsieur, il l’a même vu en visio », reprend le procureur. « Cet enfant avait vu et compris et il est formel sur le fait que ses parents se sont disputés ce soir-là. Cédric Jubillar dit qu’il a du se tromper de soir ».
Deux voisines ont entendu des cris stridents, de détresse, d’une femme à 23H07, horaire correspondant à une coupure pub entre deux programmes télé.
A 4H50 du matin, à l’arrivée des gendarmes, Cédric Jubillar était en train de laver une couette dans la machine à laver. Cette couette est celle du canapé du salon où dormait son épouse habituellement.
Cédric Jubillar a expliqué aux enquêteurs que les chiens auraient sali le tissu : une activité « inhabituelle », « étonnante » selon les termes du procureur, pour un mari dont la femme a disparu le soir-même et dont le logement était très mal entretenu.
Des analyses sont actuellement en cours sur le syphon de la machine à laver.
Lorsque les forces de l’ordre se sont présentées au domicile de Cédric Jubilar, le véhicule de Delphine, était garé dans un sens inhabituel.
« La voiture de Delphine Jubillar n’était pas garée dans le bon sens, celle-ci la garait toujours en marche arrière, prête à partir pour le lendemain. Le véhicule a été déplacé. À l’intérieur, il y avait de la condensation. Un expert a dit que cette condensation était due à une présence humaine ».
Cédric Jubillar n’avait pas le permis de conduire.
Selon le Procureur, Cédric Jubillar pouvait se montrer agressif, brutal, grossier et agressif. Il vivait très mal la séparation. Ce contexte de séparation donnait lieu à de fréquentes disputes. Il consommait régulièrement du cannabis.
Cédric Jubillar a été mis en examen pour meurtre sur conjoint et a été placé en détention provisoire.