Abstention : quelles pistes pour redonner l’envie de voter ?

L’abstention met « la démocratie française plus que jamais en péril », selon un étude de l’Institut Jean Jaurès.

Le fiasco de la participation au premier tour des élections régionales doit conduire à une vraie réflexion sur le système électoral français. Cette abstention record (66,72 %) met « la démocratie française plus que jamais en péril », selon une étude publiée vendredi par l’Institut Jean-Jaurès, qui propose des pistes pour y faire face, comme le vote par correspondance ou une réforme du calendrier électoral. Sur le long terme, l’abstention est « une gangrène qui mine directement la légitimité des représentants » politiques, affirment les deux auteurs de l’étude, Antoine Bristielle et Tristan Guerra, directeur et membre de l’Observatoire de l’opinion de cette fondation proche du PS.

Selon eux, « il faut se départir d’une lecture trop nationale de ces élections régionales. Si l’ancien monde semble pour partie persister à l’échelle locale en 2021, cela ne dit rien des grands équilibres à venir en 2022 » pour la présidentielle. Mais « la fatigue démocratique perturbe facilement les grands équilibres, précaires, dans lesquels est bâtie la Ve République », mettent-ils en garde. Ils suggèrent des « pistes pour que les citoyens renouent avec les urnes ». « Il peut s’agir de prévoir des mécanismes de vote supplémentaires » comme le vote par correspondance. « Toutefois, il faut être conscient que ces mécanismes ne sont absolument pas un remède miracle à l’abstentionnisme de masse ».

Repenser le système

Les représentants politiques devraient « prendre conscience des limit […] Lire la suite