Autisme : une campagne pour reconnaître les premiers signes

Une campagne de sensibilisation, diffusée à la télévision, s’intéresse aux difficultés de développement chez les jeunes enfants de 0 à 6 ans.

En France, environ 700 000 personnes sont atteintes d’un trouble du spectre autistique. “Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) résultent d’anomalies du neurodéveloppement. Ils apparaissent précocement au cours de la petite enfance et persistent à l’âge adulte. Ils se manifestent par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales et à communiquer, ainsi que par des anomalies comportementales, en particulier une réticence au changement et une tendance à la répétition de comportements ou de discours”, détaille l’Inserm

Dans le cadre d’une campagne de prévention, le gouvernement rappelle l’importance de mettre en place un accompagnement précoce pour aider ces enfants et maximiser leurs chances de progression dans leur développement. Cette campagne baptisée, Agir tôt, avait pour mission de sensibiliser les parents aux difficultés de développement chez les enfants de 0 à 6 ans. Motricité, langage, socialisation, les parents doivent faire preuve de vigilance concernant certains points.

Attention à certains signes

Comme le rappelle l’Inserm, les premiers signes évocateurs de l’autisme se manifestent le plus souvent entre 18 et 36 mois. Ainsi, l’Inserm recommande de veiller à certains points : “L’enfant est trop calme ou au contraire trop excité. Il semble indifférent au monde sonore et aux personnes qui l’entourent. Il ne répond pas à son prénom et ne réagit pas (ou peu) aux séparations et aux retrouvailles. Il ne sourit pas (ou rarement) et reste silencieux. Il ne regarde pas dans les yeux, ne joue pas à faire ‘coucou’, ne pointe pas du doigt et ne cherche pas à imiter les adultes”. 

Comme le rappelle cette campagne de sensibilisation, certains signes doivent également alerter les parents, comme un enfant qui ne tient pas sa tête ou qui réalise des gestes répétitifs. Parmi les autres clips de sensibilisation, d’autres thèmes sont abordés : à 6 mois, mon bébé ne tient pas sa tête, à 6 mois, mon bébé ne me sourit pas, à 1 an, mon enfant ne tient pas assis sans aide, à 1 an, mon enfant ne réagit pas à son prénom, à 18 mois, mon enfant ne dit pas papa maman. Au moindre doute, les parents ne doivent pas hésiter à en parler à un professionnel de santé.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :