« Baroin poussé à Matignon par Sarkozy ? Parce que c’était lui, parce que c’était moi »

 » Installer François Baroin à Matignon, voilà qui semble occuper la retraite de Nicolas Sarkozy. En faire une condition de son soutien à tel ou tel candidat revient en effet périodiquement dans le débat politique depuis des années « , note notre chroniqueur David Desgouilles.

Le Canard enchaîné nous annonce cette semaine que Nicolas Sarkozy poursuit sa réflexion en vue de la présidentielle de l’an prochain et l’éventuel soutien à Emmanuel Macron. L’une de ses conditions, nous indique le journal satirique, serait la désignation future de François Baroin à Matignon.Les infos de la page deux du Canard ne sont pas toutes avérées. Certaines sont parfois des plaisanteries que le journal répète, sans être dupe. Mais elles sont toujours crédibles. Rappelons quelques éléments historiques qui crédibilisent l’info.Primaire 2016Nicolas Sarkozy annonce que s’il est élu président de la République, il nommera Baroin à Matignon. Grand admirateur de tout ce qui se passe outre-Atlantique, il théorise même l’idée du  » ticket « .Avril 2017Sarkozy maintient son soutien à François Fillon, mis en examen, à condition qu’il nomme Baroin à Matignon en cas de victoire.Juin 2017Sarkozy impose Baroin en chef de file aux législatives, afin qu’il devienne Premier ministre en cas de victoire de LR.Avril 2021Sarkozy n’écarte pas l’éventualité de soutenir Macron, à condition que ce dernier nomme Baroin à Matignon.Au tout début du célèbre Dîner de cons de Francis Veber, Pierre Brochant, incarné par…

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : « On va droit dans le mur »

20 départements sous « surveillance renforcée », pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

« Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine » : ce que coûte le Covid aux Français

« Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai » : c’est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République