Cinq ans de prison, dont quatre avec sursis, requis contre Valérie Bacot

Le ministère public a requis vendredi cinq ans de prison, dont quatre avec sursis, à l’encontre de Valérie Bacot pour l’assassinat de son mari violent et proxénète, ce qui la ferait sortir libre du tribunal considérant l’année qu’elle a déjà effectuée en détention provisoire.

« Valérie Bacot ne pouvait pas prendre la vie de celui qui la terrorisait » mais il faut « fixer l’interdit sans réincarcérer », a déclaré l’avocat général Eric Jallet devant les assises de Saône-et-Loire, soulignant que ses quatre enfants avaient « besoin » de l’accusée. Valérie Bacot a tué son mari d’une balle dans la nuque après avoir subi près de 24 ans de viols, violences et prostitution contrainte.

Retrouvez cet article sur Europe1