Covid-19 : ils s’appelaient Giuseppa, Jacqueline, Mohammed, et font partie des 100 000 morts de l’épidémie en France… Voici leur histoire

Jean était médecin à la retraite, il avait 77 ans. Josette était une ancienne commerçante, âgée de 70 ans. Claude, 75 ans, avait travaillé pendant un demi-siècle comme verrier. D’autres étaient maçon, ingénieur, médecin, photographe ou femme de ménage… Ils se prénommaient João, Martine, Osange, Roger, Valérie…

Alors que la France a passé, jeudi 15 avril, le seuil des 100 000 morts depuis le début de l’épidémie de Covid-19, franceinfo dresse le portrait de certaines de ces victimes, à travers les souvenirs de leurs proches, pour ne pas oublier les humains derrière les chiffres. Plus de 150 familles ont répondu à notre appel à témoignages, nous racontant les vies de ces personnes emportées par le coronavirus.

Mohammed Zarrouki, une « présence chaleureuse », mort en mars 2020 à 77 ans dans le Pas-de-Calais

Pour sa fille, Mohammed Zarrouki était « le phare de la famille ». Zahra, l’une de ses six enfants, n’a pas de mots assez doux pour évoquer son père, fauché par le Covid-19 en mars 2020. « Il avait une aura… Une fois qu’on allait le voir, on était heureux. Il avait une présence rassurante, chaleureuse », se remémore-t-elle. Mohammed Zarrouki était un homme de plaisirs simples. Discret, il était attaché à sa routine : ses longues promenades, ses prières quotidiennes et ses visites aux copains. Un homme soigné, soucieux de son apparence : il taillait sa barbe avec précision et choisissait ses chaussures méticuleusement.

Originaire de Taliouine, au Maroc, Mohammed Zarrouki (…)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi