Déconnexion automatique de chauffeurs Uber, une nouvelle plainte à la Cnil

Manifestation de chauffeurs de VTC devant le ministère de l’Économie et des Finances le 12 octobre 2020, à Paris.

« Votre compte a été suspendu », « votre partenariat avec Uber a pris fin », « vous devez désinstaller l?application Uber driver »? Ils sont plus d?une centaine de chauffeurs à avoir reçu, ces derniers mois, ce type de messages stéréotypés leur notifiant sans autre formalité la suspension provisoire ou définitive de leur partenariat avec le numéro un des VTC. Aucun avertissement, aucune explication claire sur les raisons exactes de la rupture contractuelle, aucune possibilité de les contester auprès d?une personne physique ne leur ont été offerts. Tout au plus, le message mentionne une « anomalie » ou la « violation de la charte de la communauté Uber ». Pour certains chauffeurs, ce fut la douche froide ! Ainsi, Charifa, affublée du statut « chauffeur diamant » avec une note de 4,94/5, ne s?attendait pas à être rayée de la carte d?Uber du jour au lendemain. Ses demandes d?information sont restées sans réponse.

Uber veut éviter de créer de l?ancienneté, et les droits qui vont avec.Me Jérôme Giusti.

« Les chauffeurs n?ont pas pu contester ce procédé automatisé de prise de décision dont on ne connaît ni la logique sous-jacente ni les critères, ce qui les rend totalement arbitraires », s?indigne l?avocat Jérôme Giusti, qui a déposé une plainte auprès de la Cnil au nom de la Ligue des droits de l?homme pour la? quatrième fois consécutive ! « Ces déconnexions massives depuis un an sont réalisées en violation de plusieurs dispositions du règlement général sur la pro […] Lire la suite