En Russie, afflux d’étrangers pour bénéficier du vaccin Spoutnik V

Les autorités russes ont déposé une demande auprès de l’Agence européenne du médicament pour que leur vaccin Spoutnik V soit mis en vente sur le marché. Las d’attendre la mise en circulation d’un sérum à grande échelle, nombreux sont ceux qui se rendent directement à Moscou pour se faire vacciner.

Le vaccin russe Spoutnik V est désormais utilisé dans 37 pays, selon un communiqué du Fonds russe d’investissements directs, qui assure la promotion du vaccin sur la scène internationale, publié jeudi 25 février. Mais certains n’attendent pas que les doses viennent à eux.

À défaut de touristes habituels, la place rouge et sa célèbre galerie marchande voient défiler les candidats au vaccin Spoutnik V. Étudiant bangladais à la Haute École d’économie de Moscou, Azeem vient recevoir sa deuxième dose de vaccin.

« La première dose, c’était très douloureux, le lendemain j’avais de la fièvre, mal à la tête et dans tout le corps », explique-t-il au micro de France 24. Pourtant, Azeem est ravi de pouvoir se faire vacciner. « C’est le premier vaccin au monde et je pense qu’il est très bien. Je connais des étudiants ici, ils sont vietnamiens, indonésiens, américains, italiens, et ils se sont aussi fait vacciner ».

Sans passeport russe, et vaccinée en cinq minutes

Toutefois, avec des frontières toujours partiellement fermées, difficile pour les étrangers de faire le voyage. Alors ceux qui viennent exprès sont avant tout des Russes.

Arborant fièrement son certificat de vaccination, Alina espère qu’il sera reconnu en Allemagne, où elle réside. Elle repart après un séjour vaccinal d’un peu plus d’un mois à Moscou. « En Allemagne, le processus de vaccination ne se mettra pas en place avant un an voire plus », dit-elle. « Si je me faisais vacciner là-bas, je devrais être mise sur liste d’attente. Ici je n’avais même pas mon passeport russe, et j’ai été vaccinée en cinq minutes ».

Officiellement, à Moscou, seuls les Russes ont pour l’instant droit au vaccin, mais dans les faits, les règles sont bien plus souples.

Fort du succès de Spoutnik V, le président russe, Vladimir Poutine, espère le voir bientôt conquérir le marché européen.