Equateur : au moins 50 morts dans des prisons

Des militaires équatoriens devant la prison de Guayaquil, mardi 23 février. (Illustration)

Au moins 50 détenus sont morts lors d’une série de mutineries qui ont éclaté mardi 23 février dans trois des prisons surpeuplées d’Equateur et qui, selon les autorités, sont dues à des rivalités entre gangs de narco-trafiquants.

« Pour l’heure, la police criminelle fait état de 50 morts parmi les personnes privées de liberté » lors de troubles survenus dans les établissements pénitentiaires du port de Gayaquil (sud-ouest), ainsi que des villes andines de Cuenca et de Latacunga (sud), a indiqué la police sur Twitter.

Les policiers « agissent pour reprendre le contrôle »

Les autorités, qui ont installé une cellule de crise, n’ont pas précisé si l’ordre avait été rétabli dans ces prisons, alors que l’armée a été déployée en renfort à l’extérieur de celle de Guayaquil, deuxième ville et capitale économique du pays. Le parquet général a indiqué que 38 prisonniers étaient morts dans le seul pavillon de haute sécurité du centre pénitentiaire de Cuenca.

Le président Lenin Moreno a attribué ces mutineries, qui ont éclaté de manière simultanée, à des « organisations criminelles » et ajouté sur Twitter que les forces de l’ordre « agissent pour reprendre le contrôle des prisons ».

« Mutineries généralisées »

Selon le parquet, les « affrontements entre bandes criminelles » ont également fait plusieurs blessés, dont deux prisonniers de Guayaquil qui sont dans un état grave. Le commandant de la police, Patricio Carrillo, a pour sa part initialement fait état de « mutineries gé […] Lire la suite