Euthanasie : « Quand quelqu’un est incurable, c’est inhumain de ne pas abréger ses souffrances », juge Françoise Hardy

« Quand quelqu’un en arrive à avoir des souffrances insupportables et qu’il est incurable, c’est inhumain de ne pas abréger ses souffrances« , a déclaré à franceinfo Françoise Hardy alors qu’une proposition de loi créant un droit à l’euthanasie pour les personnes souffrant d’une pathologie incurable va être examinée jeudi 8 avril à l’Assemblée nationale. La chanteuse de 77 ans se bat contre un cancer du pharynx qui a progressivement dégradé son état de santé. Depuis des années elle défend la légalisation de l’euthanasie.

franceinfo : Comment allez-vous ?

François Hardy : Ça va difficilement parce que je subis les effets catastrophiques de 45 séances de radiothérapie. Je n’ai plus de salive, je suis sourde d’une oreille, j’ai toute la zone ORL qui n’est pas irriguée et c’est très difficile à vivre parce que ça donne des détresses respiratoires. Et puis, c’est très difficile pour moi de faire des choses promotionnelles ou de parler de l’euthanasie parce que je dois consacrer cinq à six heures par jour rien qu’à l’alimentation.

Aujourd’hui, une proposition de loi doit être débattue à l’Assemblée. Elle vise à autoriser une aide active à mourir. La législation, pour l’instant, autorise seulement la sédation continue. Quel message voudriez-vous faire passer aux députés ? Que faudrait-il changer dans la loi ?

Ce n’est pas à moi de leur dire ce qu’il faut faire mais personnellement j’ai toujours été pour l’euthanasie et ça ne date pas d’hier puisque je crois que j’ai vu deux fois un (…)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi