Manque de moyens et « logique industrielle » : les personnels du CNED en grève

Alors que la crise sanitaire et l’école à la maison mettent en avant leur travail, des personnels du CNED sont en grève ce jeudi 8 avril pour protester contre le manque de moyens face à un afflux de nouveaux élèves et la  » logique industrielle  » imposée aux salariés, qui comptent de nombreuses personnes handicapées.

Deux jours après le surmenage et les potentielles attaques qui ont ralenti leur outil de travail, plusieurs dizaines de personnels du CNED sont en grève ce jeudi 8 avril. Depuis le début de la crise, le CNED a connu  » une augmentation très importante de son nombre d’inscrits, sans moyens humains supplémentaires  » regrette l’intersyndicale, qui dénonce dans un communiqué une  » dégradation continuelle des conditions de travail depuis des années « .Le CNED, ce sont quelque 2.000 personnels dont des fonctionnaires, des professeurs détachés mais aussi des vacataires, qui offrent une formation à distance de la maternelle aux études supérieures. Une partie oeuvre dans un des 8 sites en France pour concevoir les outils d’apprentissage et faire tourner la machine et les autres enseignent depuis chez eux. Ces derniers chargés d’assurer le suivi des élèves et les corrections bénéficient de  » postes adaptés « , occupés majoritairement par des personnes handicapées.En 2016, de premières journées de grèves avaient été l’occasion pour les syndicats de dénoncer une  » situation de profond malaise « . Cinq ans après, la situation semble n’avoir guère évolué.Elise Bozec,…

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Entre manque et défiance, la vaccination à l’AstraZeneca à la peine dans le monde rural

Violences urbaines à Blois : le maire déplore un manque d’effectifs

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : « On va droit dans le mur »

Salariés de la « deuxième ligne » : l’exécutif tente un « en même temps » qui manque de cohérence

Manque de personnel, couacs administratifs… Le grand flou des tests salivaires à l’école