« On a perdu plusieurs centaines de milliers d’euros » : à cause des contraintes liées au Covid-19 les Ehpad n’ont plus la cote

Sur le portail à l’entrée, une affiche nous prévient : « Portes condamnées ». Il faut appeler un numéro pour passer. À l’Ehpad Les Edelweiss, à Voiron, en Isère, les restrictions de visites ont été assouplies malgré la pandémie de coronavirus Covid-19, mais il faut encore prendre rendez-vous et uniquement dans l’après-midi pour venir voir un proche. Et faire contrôler sa température aussi.

Mais à l’intérieur, la vie continue, avec moins de pression : 95% des résidents sont désormais vaccinés. Soixante dix-sept résidents sont actuellement dans l’Ehpad, sur 102 lits, soit un taux d’occupation d’un peu plus de 75% : du jamais vu. « 2020 a été une année très compliquée, de mars à mai, explique Alexandre Fragne, le directeur. On n’a pas pu faire d’entrées pendant cette période, mais on a eu par contre beaucoup de sorties. On a eu une grosse vague de Covid en octobre, avec 60 résidents touchés et neuf décès. Et dès qu’on a un cas Covid, on ferme. »

« Les gens ont peur d’attraper le virus ici, ou d’être privés de liberté. Sans l’aide de l’ARS, on n’aurait pas tenu le coup. On a perdu plusieurs centaines de milliers d’euros. »

Alexandre Fragne

à franceinfo

Sur liste d’attente, certains personnes ne veulent parfois même pas tenter leur chance. « On avait quand même resserré les vis sur les conditions de visite et de sortie de l’établissement qui a provoqué une certaine colère au sein de certaines familles, indique Sabine Mazière, médecin coordinateur. Maintenant qu’on arrive à une (…)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi