Pass sanitaire et public réduit: comment les Eurockéennes ont rouvert leurs portes

Les Eurockéennes 2021 – BFMTV

À l’heure où certains festivals estivaux ont choisi de jeter l’éponge face au coronavirus, d’autres ont décidé de maintenir leur édition coûte que coûte, quitte à se réinventer. C’est le cas des Eurockéennes de Belfort qui ont lancé leur édition 2021 mardi en version miniature pour pouvoir s’adapter à la situation sanitaire. Intitulé « Les Eurockéennes en résidence secondaire« , ce cru exceptionnel se dérive sur cinq jours.

Les 135.000 festivaliers habituels ont laissé place à 1.200 privilégiés par jour, tous munis d’un pass sanitaire, devenu obligatoire dans tous les lieux culturels et de loisirs rassemblant plus de 50 personnes. Une mesure qui n’a visiblement pas dérangé les visiteurs, comme ils l’ont expliqué à BFMTV:

« Je me suis fait vacciner d’entrée, donc j’avais directement mon pass sanitaire », déclare l’un d’entre eux tandis qu’un autre se réjouit « de pouvoir retrouver du monde » et de « pouvoir se mélanger un peu ».

Programmation 100% française

Autre paramètre exceptionnel: cette année, pas de têtes d’affiche internationales. La programmation s’est concentrée sur des groupes français pour éviter les annulations de dernière minute:

« On a pris le parti assez rapidement de ne pas programmer d’artistes américains et anglais », explique Kem Lalot, programmateur du festival. « On s’est dit qu’il y aurait beaucoup de difficultés pour les faire venir. »

Les habitudes sont aussi bouleversées du côté des artistes, qui ne cachent pas leur bonheur de retouver la scène. À l’instar du groupe Catastrophe, programmé cette année: « On a d’abord joué devant des publics assis masqués, puis devant des publics debout masqués, et là, depuis peu, ça doit faire quatre concerts qu’on fait devant des publics debout démasqués », résument-ils. « C’est comme si on passait des étapes et c’est de plus en plus émouvant, de plus en plus joyeux. » Le festival espère, malgré tout, retrouver sa forme habituelle dès l’année prochaine.

Article original publié sur BFMTV.com