Peau de poisson, paillettes et fourrure végétale : la folie créative du Belge Tom Van der Borght récompensée par le festival de mode de Hyères

Le Belge Tom Van der Borght, créateur de vêtements fabriqués en matériaux recyclés « dont personne ne veut » et qu’il faut « oser porter« , a obtenu dimanche 18 octobre le Grand prix mode au festival international de Hyères (Var).Colorée et loufoque, multipliant les ornements qui bougent à la manière de mollusques ou d’antennes, cette collection a séduit le jury et le public de la ville de Hyères, pour cette 35e édition du plus vieux concours de mode, qui sert de tremplin aux jeunes créateurs.

Je veux trouver une nouvelle définition du luxe. Nous sommes habitués aux matériaux luxueux classiques comme l’or ou le cuir. J’aime beaucoup utiliser les choses que les autres ne trouvent pas intéressantes.

Tom Van der Borght

Dans sa collection, un pull en couleurs acidulées est fait à partir de filaments en plastique servant à afficher les prix. Un sac en « cuir marin » est fabriqué à partir de peaux de poissons récupérées dans l’industrie du sushi. Macramé ou patchwork, les techniques sont classiques, mais son luxe à lui, c’est de donner une seconde vie à des pièces destinées à être jetées. Comme des stocks de paillettes qu’il rachète à des commerçants de son quartier ou des échantillons de fourrure végétale, dont il a fait un manteau bleu (…)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi