Revue noire : 20 ans d’art contemporain africain

« Les lutteurs noubas », érigée à l’entrée des Abattoirs de Toulouse, a été la première couverture de revue noire en 1991.

« C‘est un heureux fruit du hasard », s’exclame Jean-Loup Pivin, fondateur de Revue Noire, devant la sculpture d’Ousmane Sow, « Les lutteurs noubas », érigée à l’entrée des Abattoirs de Toulouse. Cette ?uvre de l’artiste sénégalais a illustré la toute première couverture de son trimestriel sorti en 1991, et fait partie de la collection permanente du musée.

« Les lutteurs noubas » d’Ousmane Sow sont le symbole de Revue noire qui a permis la découverte de nombreux artistes contemporains africains. .Jusqu’au 29 août, cette statue est érigée à l?entrée des Abattoirs de Toulouse. © Revue noire DR

« Ousmane récoltait des déchets dans des usines de plastique et les mélangeait à de la boue pour en tirer une sorte de résine, raconte l’architecte de formation. Il était convaincu que cette drôle de matière était pérenne ? il a même créé une partie de sa maison avec – or, ce matériau est très fragile. C’est d’autant plus intéressant que l’?uvre est en déséquilibre », observe le passionné.

À LIRE AUSSIN’Goné Fall : « Africa2020, c’est l’Afrique qui parle d’elle-même »

Une revue pour raconter la création contemporaine africaine…

L’histoire de Revue Noire ? titrée ainsi en référence au magazine littéraire français Revue blanche – est bien celle de passionnés. A l’orée des années 1990, Jean-Loup Pivin, Pascal Martin Saint Léon, directeur artistique, Bruno Tilliette et Simon Njami, rédacteurs en chef, rejoints plus tard par N’Goné Fall et Isabelle Boni-Claverie, sont animés […] Lire la suite