Sahel : Emmanuel Macron acte la fin prochaine de l’opération Barkhane

Après plus de huit ans d’engagement massif, le président français Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi 10 juin une réduction de la présence militaire française au Sahel.

L’heure du retrait des troupes françaises au Sahel a-t-elle sonné ? Lors d’une conférence de presse consacrée aux sujets internationaux organisée ce jeudi après-midi à l’Élysée, le président français a annoncé « la fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure », et mise sur la force spéciale internationale antidjihadiste, nommée Takuba, dans la région. Ces annonces s’inscrivent dans la volonté politique déjà esquissée par le chef de l’État de réduire à moyen terme la présence militaire française dans la zone, cinq fois plus vaste que l’Europe. Il faut souligner que Barkhane est l’opération française la plus longue et la plus coûteuse depuis la Seconde Guerre mondiale. « Je ne pense pas qu’on puisse se substituer à un peuple souverain pour construire son bien à la place de lui-même », a déclaré Emmanuel Macron.

Quelles sont les raisons qui ont conduit le président français à prendre une telle décision ? Où en est l’opération Barkhane ? Quels ont été ses succès et ses objectifs à court terme ? Comment la France dessine-t-elle sa future présence là-bas et quels sont les défis pour les États africains concernés ? Quelques éléments de réponses.

À LIRE AUSSISahel : « L’urgence, c’est de revoir l’ordre des priorités »

Des civils toujours pris pour cible

Concrètement, aujourd’hui, Paris déploie quelque 5 100 soldats sur onze bases militaires dont six au Mali, contre les djihadistes affiliés au groupe État islamique (EI) et à Al-Qaïda, un soutien de tail […] Lire la suite